l’esprit de l’escalier

inspiré d’une formule de Diderot, l’esprit de l’escalier renvoie à une situation de discussion au cours de laquelle notre interlocuteur nous mouche, nous laisse sans voix, comme sonné. si l’intuition du bluff est bien là, la réaction tarde et le mot d’esprit ne prend forme qu’au moment du départ, une fois la porte passée et le pas engagé dans la cage d’escalier. trop tard.
l’escalier se descend comme le temps se déroule sans aucune chance de retour. la mémoire ne peut que partiellement réparer l’occasion manquée, au conditionnel passé, dont l’histoire indique la trace au présent.